On dirait que le sport a le vent en poupe, comme en témoigne le nombre de professionnels qui ne cesse d’augmenter dans ce domaine. Certes, le secteur public recrute constamment, mais c’est du côté des clubs de sport et des centres de culture physique que le nombre de postes est le plus élevé. Ici, on recrute essentiellement des spécialistes de l’enseignement et du coaching des activités sportives, des postes désormais confiés davantage à des professionnels qu’à des bénévoles.

Côté formation, le domaine du sport dispose de ses propres diplômes, à l’instar de plusieurs brevets d’État qui se diversifient en fonction des disciplines sportives. Ainsi, amateur de cyclisme, de natation, de running ou de danse ne pourront désormais faire de leur passion un véritable métier prometteur. Ils disposent pour cela de nombreuses formations, permettant de se professionnaliser dans chaque domaine sportif.

Activités sportives : des débouchés qui se diversifient

Football, natation, fitness, basket, volley-ball, haltérophilie, bodybuilding, tennis, tir à l’arc, canoë, kayak, aquagym… Autant de disciplines qui constituent le merveilleux domaine qu’est le sport. Bien entendu, le métier de professeur de sport ne nécessite pas forcément d’être un athlète, d’autant plus que tout le monde devrait être concerné par les activités physiques et sportives. Ainsi, l’exercice d’un métier dans le domaine du sportif répond avant tout à des objectifs de valorisation des activités physiques et sportives.

En France, ce sont 15 millions de personnes qui pratiquent une activité physique, se rassemblant régulièrement dans plus de 250 000 associations sportives et 10 000 salles de sport et de fitness de l’Hexagone. Autant de débouchés pour les professionnels qui exercent dans l’entraînement d’équipes de football, dans l’animation d’activités d’escalade ou encore le coaching en salle de sport. À cela s’ajoutent 30 000 professeurs d’éducation physique et sportive qui enseignent le sport aux élèves de l’enseignement secondaire ou primaire.

Depuis quelque temps, les filières d’enseignement rattachées aux activités physiques et sportives se sont diversifiées largement pour offrir de meilleurs débouchés aux étudiants. On retrouve ainsi désormais des métiers spécialisés et populaires comme le management du sport, la rééducation physique et sportive, la gestion des organisations sportives… Ces différentes spécialisations profitent aux étudiants comme aux collectivités et aux enseignes commerciales. D’ailleurs, les commerçants spécialisés dans le sport engrangent les bénéfices à travers 4 000 magasins employant 65 000 personnes, ainsi que grâce au commerce électronique.

Force est de constater que le sport attire de plus en plus de passionnés qui souhaitent en faire leur métier. Avec la diversification des filières du sport, une multitude de professions existent alors selon les profils :

  • Les plus sportifs pourront se tourner vers les métiers techniques, comme professeur de sport (professeur d’EPS), entraîneur de haut niveau, coach de clubs, maître-nageur, sauveteur, animateur sportif…
  • Tandis que les profils de type commerce ou management pourront intégrer les enseignes de grande distribution d’articles de sport, en tant que vendeurs, responsables de pôle commercial, cadres en marketing…

Le métier de coach sportif

Aussi appelé personal trainer, le coach sportif est un professionnel qui accompagne les particuliers souhaitant améliorer leurs performances sportives. Il exerce généralement dans une salle de sport pour prodiguer des conseils et un accompagnement visant à atteindre un objectif particulier : préparation en vue d’une compétition, perte de poids, renforcement musculaire, prise de masse…

Si elle a été autrefois réservée aux sportifs rompus à l’exercice de cette activité, la prestation de coach sportif s’est largement démocratisée grâce à l’arrivée d’Internet. Aujourd’hui, tout le monde peut faire appel à un coach sportif, que ce soit pour un suivi à domicile ou en ligne. Le professionnel doit désormais faire preuve de polyvalence pour répondre aux besoins de tous les niveaux et à toutes les morphologies. En séances individuelles ou en groupe, son intervention peut être spécialisée dans certaines disciplines, comme la musculation ou la rééducation physique.

Au début de toute première séance avec un client, le coach sportif prépare un programme personnalisé afin d’enchaîner les séances en toute cohérence. C’est pourquoi son service est régulièrement sollicité par les clubs de fitness et de remise en forme, tout comme les centres de vacances, les clubs sportifs et les entreprises soucieuses du bien-être de leurs collaborateurs.

Le métier de guide de haute montagne

guide de haute montagnePlutôt destinée aux amoureux de la nature et de la montagne, la profession de guide de haute montagne consiste à accompagner des alpinistes et autres personnes souhaitant faire des excursions ou des ascensions. Le guide de haute montagne s’engage alors comme moniteur des alpinistes amateurs qu’il guide et surveille tout au long de leur parcours. En fonction de sa spécialité, ce professionnel peut encadrer des randonnées ascensions sur rocher, neige, glace ou encore terrain mixte. Il peut également s’agir de randonnées pédestres, équestres, de randonnées à vélo.

Travaillant habituellement en indépendant, le guide de haute montagne peut aussi exercer dans une compagne de guides ou pour le compte de collectivités. C’est pourquoi il doit intervenir sur toute l’étendue de son domaine et définir un parcours de randonnées pour ses clients. Certes, le guide de haute montagne est avant tout un spécialiste de l’alpinisme, mais l’étendue de ce domaine l’amène parfois à se spécialiser dans différentes disciplines, comme :

  • les excursions en hautes montagnes,
  • les ascensions sur rocher, falaise et glace,
  • le ski de montagne,
  • la cascade de glace,
  • l’escalade,
  • le canyoning,
  • les parcours acrobatiques,
  • les randonnées à pieds
  • et le vélo tout terrain.

Vous l’auriez compris : l’activité du guide de haute montagne s’opère rarement dans des situations extrêmes, car elle se limite auprès d’amateurs qui souhaitent s’initier à l’alpinisme. Néanmoins, le professionnel exerçant en station peut parfois devenir pisteur-secouriste.

Le métier d’agent de joueur professionnel

devenir agent de joueur de footballProfessionnel incontournable dans le milieu professionnel du sport, l’agent de joueur est un véritable guide pour son client afin de faire en sorte que celui-ci ne pense presque uniquement qu’à ses performances sportives. Souvent spécialisé dans une discipline sportive et initié aux rudiments du sport, l’agent de joueur accompagne le joueur dans toutes ses activités.

Parmi ses principales missions, l’agent de joueur professionnel se charge de mettre en relation son client avec les clubs susceptibles de le recruter, que ce soit dans le domaine du football, du basket-ball ou bien dans le hockey. Faisant jouer ses contacts et ses connaissances, l’agent de joueur intervient ainsi comme l’intermédiaire entre les deux parties et représente l’intérêt de son client auprès des clubs recruteurs. C’est alors lui qui négocie les contrats pour qu’ils soient avantageux pour le joueur.

Il faut savoir que le métier d’agent de joueur professionnel nécessite préalablement de constituer une clientèle. Pour cela, le professionnel repère les talents et fait du démarchage auprès des joueurs après les matchs et entraînements. Il peut également faire un repérage sur les réseaux sociaux tout en faisant jouer son talent de négociateur.

Le métier d’arbitre sportif

arbitre sportifL’arbitre est essentiel dans toutes les disciplines sportives. Sans ce professionnel, il ne peut tout simplement y avoir de rencontres sportives officielles. Et pour cause, c’est l’arbitre sportif qui assure le contrôle du match en appliquant à la lettre les règles du jeu, éventuellement en collaboration avec ses arbitres assistants dans certains sports collectifs.

L’arbitre sportif joue aussi souvent la fonction de chronométreur : c’est lui qui signale l’entrée, la fin, les arrêts et les reprises de jeu. Certes, ses décisions ne sont pas toujours bien accueillies par les joueurs comme par les supporters, mais l’arbitre doit toujours décider en toute équité selon le règlement en vigueur dans son domaine.

L’arbitre sportif est avant tout spécialiste de sa discipline : il évolue en permanence sur le terrain sans risque de gêner les joueurs. Observant et analysant en continu le jeu, il juge sans excès ni favoritisme tout conflit sur le terrain. À la moindre infraction aux règles du jeu, il doit juger et donner les pénalités si besoin, et ce en toute neutralité et en toute objectivité. Et malgré les pressions qu’il peut éventuellement subir lors d’un match, l’arbitre doit rester calme, posé et résistant au stress.

Le métier de jockey

Le jockey est un professionnel de haut niveau rompu à l’exercice de la course de chevaux. Il monte (ou drive) les chevaux de course pour le compte d’une écurie, ce qui, contrairement à ce que l’on pense, nécessite un entraînement rigoureux et des règles de vie strictes. Que ce soit au trot ou au galop, gagner des courses à dos de cheval n’est pas évident pour tout le monde. D’autant plus que le jockey peut parfois enchaîner plusieurs courses dans la journée sans montrer de fatigue. En tout cas, un entraînement physique intense est essentiel, sans compter une discipline de vie rigoureuse en matière d’alimentation et d’activité sportive.

Le métier de maître-nageur

Au bord des plages ou d’une piscine, le maître-nageur n’est pourtant pas là pour profiter de l’eau. En véritable spécialiste de la nage, il s’engage pour la sécurité des personnes qui s’adonnent à des activités aquatiques. Le métier de maître-nageur requiert effectivement en permanence une vigilance quel que soit le lieu d’exercice de cette profession.

Travaillant auprès d’une collectivité ou d’une organisation privée, le maître-nageur est amené à assurer la sécurité des personnes, tant au niveau physique que sanitaire. Ainsi, c’est lui qui prépare et vérifie le bon fonctionnement du matériel ainsi que l’environnement aquatique. En fonction des situations, il est amené à secourir un baigneur en difficulté, à assurer l’initiation à la nage pour les jeunes enfants et pour les adultes, ainsi qu’à encadrer de nombreuses activités aquatiques. Cette dernière mission amène souvent le maître-nageur à apprendre les rudiments des activités physiques de bien-être et de remise en forme.

Le métier de moniteur de plongée

Parmi les métiers rattachés aux activités aquatiques figure celui de moniteur de plongée, un job assez particulier qui requiert un ensemble de compétences diverses ainsi qu’un état de santé optimal. D’ailleurs, être moniteur de plongée nécessite de la motivation mais offre aussi bien d’opportunités, comme celle de parcourir le monde, de faire des rencontres exaltantes et de vivre une passion. Et pour cause, la plongée est bien entendu une passion qui se transmet naturellement aux autres, une raison pour bien des étudiants de se spécialiser dans ce métier.

Souvent titulaire du brevet BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) en plongée subaquatique, le moniteur de plongée a pour missions d’encadrer, d’accompagner et d’assurer la sécurité des plongeurs en devenir. Il contribue à la formation de ses clients à l’aide de dispositifs en scaphandre à l’air ou au nitrox tout en encadrant les plongeurs en tant que guide de palanqué.

Le métier de moniteur de ski

Durant la période des vacances, le moniteur de ski côtoie la neige, le soleil, les vacanciers et les décors. Mais au-delà de ces éléments aguichants, l’exercice de cette profession, c’est aussi se battre face à la concurrence et s’appuyer sur une activité saisonnière conditionnée par la météo.

Parmi ses principales missions, le moniteur de ski est un professionnel qui enseigne les rudiments du ski sous ses différentes déclinaisons, et ce à un public très diversifié. Il doit garantir la sécurité de ses apprentis en apportant les règles de bonne conduite sur la piste voire en les protégeant des dangers du ski, tels que les avalanches ou les chutes. Véritable sauveteur, il intervient en cas d’urgence pour épauler les secours. Et plus régulièrement, ce spécialiste contribue à l’entretien et au bon fonctionnement de la station dans laquelle il travaille. Enfin, en fonction des occasions, il participe aux événements organisés par son employeur.

Le métier de préparateur physique

Bras droit de l’entraîneur, le préparateur physique intervient dans l’encadrement des sportifs, en fournissant des conseils sur le développement des qualités physiques, de l’endurance et des performances de son équipe. Que ce soit dans le football, le basket-ball ou le hockey sur glace, le préparateur physique joue un rôle bien défini et travaille pour le compte d’un club ou encore à son propre compte. Mais parfois, il peut aussi suivre une formation spécialisée pour pouvoir exercer dans une salle de sport.

Véritable technicien dans l’âme, le préparateur connaît le potentiel des sportifs sur le bout des doigts. Il doit appréhender l’évolution de chaque joueur et préparer pour cela un programme d’entraînement personnalisé. Et bien entendu, compte tenu des exigences techniques de son métier, le préparateur physique se doit de posséder des connaissances scientifiques diverses, notamment en biologie, anatomie, physiologie…

Le métier de professeur de sport

À ne pas confondre avec son homologue, le professeur d’EPS ! Le professeur de sport est un technicien rattaché aux ministères de la santé et des sports. Fonctionnaire de catégorie A, il se spécialise dans une discipline donnée pour intervenir à différents niveaux : entraînement des jeunes joueurs, formation sportive des agents fonctionnaires et étudiants préparant le BPJEPS, promotion des activités physiques et sportives…

Au sein du ministère de la santé comme celui du sport, le recrutement des professeurs de sport s’effectue sur concours sélectif ouvert aux sportifs de haut niveau. Ces derniers doivent posséder une licence STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), un BEES (Brevet d’État d’éducateur sportif) deuxième degré, un DESJEPS (Diplôme d’État supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) ou encore un diplôme de guide de haute montagne.

Le métier de nutritionniste sportif

Plutôt orienté alimentation, le nutritionniste sportif se charge de recommander un régime alimentaire adapté pour aider un sportif ou une équipe tout au long de son évolution physique. Il prodigue ainsi des conseils pour aider les athlètes à maintenir un poids de forme tout en ayant un apport énergétique optimal. Garant d’une bonne alimentation et d’une hygiène de vie, il intervient à différents niveaux de la progression d’une équipe : entraînement, compétition et récupération.

En pratique, le nutritionniste sportif va conseiller les sportifs dans leur alimentation en fonction des efforts qu’ils devront fournir. Lui aussi technicien, le nutritionniste va faire en sorte de régler le poids de chacun des joueurs et de les aider à maintenir une bonne hygiène de vie.

Bien évidemment, le nutritionniste sportif concocte un programme alimentaire personnalisé suivant chaque type de physiologie, de morphologie et de préparation physique. C’est pourquoi il est amené à travailler étroitement avec un médecin, tout comme avec l’encadreur technique et l’entraîneur de l’équipe ou du sportif.

Notons que le nutritionniste sportif exerce son activité dans différents milieux, que ce soit à l’hôpital, en cabinet ou au sein d’un club de sport. Certaines enseignes de distribution d’articles de sport fait aussi appel à lui pour élaborer des programmes alimentaires pour leurs clients. Enfin, il arrive aussi que l’industrie agroalimentaire ou pharmaceutique a recours aux services du nutritionniste pour concevoir également des programmes d’alimentation sur mesure.

Le métier de kinésithérapeute du sport

Le kinésithérapeute est un véritable expert de la récupération des sportifs de haut niveau. Que ce suite à des blessures ou à une opération chirurgicale, c’est à lui que fait appel un club de sport afin de tirer parti de ses nombreuses connaissances en pathologies sportives, en préparation physique, en physiologie ainsi qu’en nutrition. Exerçant généralement en structures libérales (en indépendant ou dans un cabinet ou centre de soins privé), le kinésithérapeute du sport collabore avec le médecin, l’entraîneur, le nutritionniste sportif et le préparateur physique.